La conseillère nationale Yvette Estermann soutient l’engagement du CSI pour le Haut-Karabakh

La conseillère nationale lucernoise Yvette Estermann souligne dans un rapport l’importance de l’engagement de CSI pour les chrétiens souffrants du Haut-Karabakh. Elle regrette que le Conseil fédéral n’ait pas abordé cette crise au Conseil de sécurité de l’ONU. L’article de madame Estermann a été publié dans le journal de l’UDC du canton de Zurich.

Estermann-Kloster

La conseillère nationale Yvette Estermann soutient la demande de CSI de s’engager pour la liberté des chrétiens arméniens du Haut-Karabakh. admin | csi

 

Le fait que les chrétiens soient persécutés dans de nombreux pays à cause de leur foi préoccupe également la conseillère nationale Yvette Estermann. La situation des quelque 120 000 Arméniens du Haut-Karabakh, coupés du monde extérieur depuis des mois à cause du blocus azerbaïdjanais, l’inquiète : « En tant que chrétienne et conseillère nationale UDC, je soutiens les efforts de l’organisation de défense des droits de l’homme Christian Solidarity International (CSI). Celle-ci a en effet attiré l’attention sur la situation intolérable des Arméniens du Haut-Karabakh par le biais d’une lettre adressée au conseiller fédéral Ignazio Cassis », écrit Mme Estermann dans la dernière édition du journal cantonal de l’UDC Der Zürcher Bote.

Sa critique à l’égard du Conseil fédéral

La conseillère nationale de longue date trouve choquant que le Conseil fédéral soutienne les sanctions contre la Russie en raison de la guerre en Ukraine, alors que le conflit du Haut-Karabakh le laisse « apparemment indifférent ».

À cet égard, Mme Estermann fait remarquer que CSI regrette que le conseiller fédéral Ignazio Cassis n’ait pas évoqué la crise aiguë au Haut-Karabakh dans son discours d’investiture en tant que président du Conseil de sécurité de l’ONU le 3 mai 2023, ni dans son allocution du 4 mai à l’occasion du briefing du président en exercice de l’OSCE au Conseil de sécurité : « Cette omission n’est pas compatible avec l’engagement du Conseil fédéral d’utiliser sa position au Conseil de sécurité de l’ONU pour protéger la population civile en danger. » Après tout, il s’agit d’empêcher un génocide, rappelle la parlementaire fédérale en se référant à l’avertissement de CSI.

L’influence inquiétante de l’Azerbaïdjan

Le silence du Conseil fédéral est un indice de l’augmentation de « l’influence politique du régime d’Aliyev, à Berne ». La société pétrolière d’État azerbaïdjanaise SOCAR exploite des dizaines de stations-service en Suisse et y a récemment ouvert la première station-service à hydrogène. À ce propos, Mme Estermann déclare : « Cela va à l’encontre de l’attitude d’une grande partie de la population suisse, qui est consternée par l’agression contre les Arméniens du Haut-Karabakh. »

À la fin de son rapport, la conseillère nationale lucernoise appelle la population suisse à s’engager pour la même liberté ailleurs dans le monde que celle qui lui est garantie ici.

Reto Baliarda

Commentaires

Nous serions heureux que vous nous fassiez part de vos commentaires et de vos ajouts. Tout commentaire hors sujet, abusif ou irrespectueux sera supprimé.


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

Votre commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.

Autres actualités – Arménie