Un Arménien yézidi perd une jambe

L’invasion du Haut-Karabakh par l’Azerbaïdjan à l’automne 2020 a fait de nombreuses victimes. Celles qui ont survécu ont besoin de notre soutien. Murad Ghazaryan a perdu sa jambe gauche pendant la guerre. Grâce à l’aide de CSI, sa famille a pu reconstruire sa maison.

Le mausolée du cheikh Abdi, le plus important saint des yézidis, dans la localité de Lalish, au nord de l’Irak. csi

Murad Ghazaryan * est un jeune yézidi, une communauté ethno-religieuse qui est présente en Arménie, en Irak et en Syrie. Avec sa famille élargie, il habite à Azatan, en République d’Arménie, où vivent aujourd’hui plus de 35 000 yézidis. Murad avait 18 ans lorsque la guerre avec l’Azerbaïdjan a commencé en septembre 2020. Pendant les combats, il a été surpris par une explosion et il est resté coincé sous les décombres pendant quatre jours.

Lorsque les soldats arméniens l’ont sauvé, sa jambe gauche était si gravement blessée qu’elle a dû être amputée. Murad a dû s’habituer à marcher avec une prothèse. Mais la maison dans laquelle il vit avec ses parents et ses cinq frères et sœurs n’était pas du tout adaptée à son état. Lorsque Murad voulait se déplacer ou se rendre aux toilettes situées à l’extérieur, il était contraint de demander de l’aide.

Il retrouve confiance en lui

Avec l’aide de CSI, la famille de Murad a pu installer des toilettes intérieures et égaliser le sol pour le rendre plus praticable. « Grâce à ces aménagements, Murad est devenu plus indépendant. Cela lui a permis de reprendre confiance en lui », explique sa mère Lina *. Murad retrouve un espoir en l’avenir. Il est un excellent joueur de duduk, un instrument à vent typiquement arménien, et rêve de devenir un jour musicien professionnel.

CSI est solidaire des victimes arméniennes de la guerre et de la campagne d’épuration ethnique menée par l’Azerbaïdjan. Nous aidons les personnes déplacées à reconstruire les maisons dans lesquelles elles ont trouvé refuge et à acheter des équipements qui leur permettront de gagner leur vie.

Joel Veldkamp | Reto Baliarda

* Nom fictif

Les premiers-nés sont les plus attaqués

Les premiers-nés sont les plus attaqués

La situation difficile des Arméniens a été abordée lors du congrès Christenverfolgung heute à Gémunde-en-Souabe (Allemagne) : le pasteur Peter Fuchs, directeur de CSI-Allemagne, a présidé une table ronde sur le rôle des Églises arméniennes dans la crise actuelle. À sa question de savoir pourquoi l’Arménie, en tant que pays chrétien, a si souvent souffert, c’est un Arménien syrien qui a répondu, Fadi Krikor : « L’Arménie est la première nation à avoir adopté le christianisme. Du point de vue de l’ennemi, l’Arménie est donc le premier-né parmi les païens. Et les premiers-nés sont les plus attaqués. » Peter Fuchs a enfin appelé les participants à prendre fait et cause pour les Arméniens du Haut-Karabakh afin que la région puisse se reconstruire sans guerre : « En tant que chrétiens, nous avons ce devoir. »
Commentaires

Nous serions heureux que vous nous fassiez part de vos commentaires et de vos ajouts. Tout commentaire hors sujet, abusif ou irrespectueux sera supprimé.

Votre commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.

Autres actualités – Haut-Karabakh