Disciple, pasteur et entrepreneur

Sa conversion a changé la vie de Nayaram Sunar de manière durable. Il a suivi une école biblique, est devenu pasteur et a fondé une petite briqueterie dans laquelle travaillent également des hindous. De plus, ce père de deux enfants en a adopté deux autres. CSI lui a rendu visite au Népal.

De nombreux chrétiens se rassemblent dans l’église de Nayaram. csi

Nayaram Sunar et son épouse Geeta n’ont que 42 ans, mais ils sont mariés depuis vingt-huit ans ! Ils se sont convertis au christianisme à l’âge de 23 ans, car ils ont perçu Jésus comme l’incarnation du Dieu vivant. Depuis 2008, Nayaram est pasteur et se réjouit du nombre croissant de chrétiens dans sa région : « Autrefois, il n’y avait que quelques chrétiens isolés aux alentours de notre village. Aujourd’hui, nous sommes environ trois cent cinquante. »

Un voyage fructueux

Nayaram désire beaucoup répandre l’Évangile, mais il veut aussi aider les plus pauvres à sortir de la misère. En 2014, alors qu’il assistait à un cours biblique dans la capitale Katmandou, il a remarqué dans la rue une pile de briques utilisées pour la construction des maisons. « Ces briques étaient de bien meilleure qualité que celles de notre village », se souvient-il.

Depuis longtemps déjà, Nayaram voulait créer une entreprise dans sa région afin que les habitants puissent apprendre un métier et sortir ainsi de la pauvreté. En 2020, avec l’aide de CSI, il a pu acheter l’équipement nécessaire pour réaliser son projet : ouvrir un atelier de fabrication de briques de qualité. Il a maintenant trois employés. Avec les recettes, Nayaram paie les salaires. « Mais nous mettons aussi de l’argent de côté pour acquérir une nouvelle machine de production et pour construire un abreuvoir pour les vaches », prévoit cet entrepreneur dynamique.

Pas de favoritisme religieux

La communauté de sa région est composée principalement de dalits (« intouchables », dans la culture hindoue), mais Nayaram les aime de tout son cœur. Il s’engage pour une bonne cohabitation. « Ici, il y a des membres de différentes religions qui doivent apprendre à se respecter mutuellement », affirme-t-il. C’est aussi la raison pour laquelle deux de ses trois ouvriers sont hindous. « Chacun doit être conscient que nous ne privilégions aucune religion et que chrétiens et hindous peuvent vivre ensemble en paix. Dieu aime tous les hommes. »

Nayaram est extrêmement reconnaissant de tout ce qui a été créé grâce à son travail. Il rêve d’offrir un travail à beaucoup plus de personnes encore. En marge de toutes ses activités pour le bien de la communauté, la famille est très importante pour Nayaram. Ce père de deux enfants s’occupe en outre, avec son épouse, de deux enfants dont la mère est paralysée.

Reto Baliarda

Commentaires

Nous serions heureux que vous nous fassiez part de vos commentaires et de vos ajouts. Tout commentaire hors sujet, abusif ou irrespectueux sera supprimé.

Votre commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.