Le mari de Rhoda a très peur pour sa femme

La chrétienne Rhoda Ya’u Jatau est emprisonnée depuis plusieurs mois dans l’État fédéré de Bauchi, au nord-est du Nigéria, à la suite d’accusations douteuses de blasphème. Dans une interview avec CSI, son mari Adamu Ya’u explique les tourments qu’il endure avec ses enfants depuis l’arrestation de Rhoda. CSI s’engage pour la faire libérer.

Adamu (à droite) avec ses enfants et Solomon Mwantiri, le partenaire de CSI. csi

Adamu (à droite) avec ses enfants et Solomon Mwantiri, le partenaire de CSI. csi

 

La chrétienne Rhoda (45 ans) est accusée de blasphème contre le prophète Mahomet. Or elle avait simplement partagé sur WhatsApp un message concernant Deborah Yakubu, une chrétienne tuée récemment. Rhoda a été arrêtée le 20 mai 2022 et depuis lors, elle reste coupée de tout contact avec le monde extérieur, à l’exception de deux visites de son mari. Les demandes de libération sous caution ont été refusées jusqu’à présent.

Dans une interview accordée à CSI, Adamu, l’époux de Rhoda, décrit les événements qui ont entouré l’arrestation de sa femme, quand la police est venue la chercher sur leur lieu de travail pour l’emmener. Après l’interrogatoire dans la ville de Warji, Rhoda aurait été contrainte de rédiger et de signer une lettre d’excuses. « Après la vérification des autorités, nous pensions que l’affaire était terminée », a déclaré Adamu.

L’attaque

C’est en rentrant chez eux à Katanga que les choses se sont gâtées. Entre-temps, une foule s’était formée, informée par les autorités. À peine Rhoda et Adamu sont-ils arrivés que la foule s’est attaquée au quartier majoritairement habité par des chrétiens. Les musulmans en colère ont brûlé des maisons et agressé les habitants. La famille d’Adamu a également été la cible des assaillants : « Ils nous ont attaqués avec des couteaux et d’autres armes. Ils en voulaient à notre vie. »

Discriminés

Après l’arrestation de Rhoda, Adamu et leurs sept enfants ont été sortis clandestinement de Katanga et emmenés dans la grande ville de Bauchi. « Quand je suis arrivé, j’ai voulu louer une maison. Mais les propriétaires craignaient que des islamistes démolissent la maison, raconte Adamu. Une fois, j’ai même payé le loyer à l’avance, mais lorsque nous avons voulu emménager, nous n’avons même pas pu rentrer, car entre-temps, les propriétaires avaient appris qui nous étions. »

Finalement, un pasteur leur a laissé une maison dont il ne se servait pas. Quelle reconnaissance ! Mais le désespoir n’est pas loin. « J’ai terriblement peur pour la vie de Rhoda. Je n’ai même plus le droit de la visiter en prison ! J’ai pu la voir deux fois. Mais depuis, l’accès m’est interdit, car elle a été placée à l’isolement. »

La maman manque terriblement à leurs cinq enfants naturels et aux deux orphelins qu’ils ont recueillis. « Parfois, j’essaie simplement de les réconforter. Presque tous les jours, je les vois pleurer. »

La fin des ressources

L’arrestation de Rhoda a conduit Adamu à la faillite. « Pour tenter de faire libérer mon épouse et pour subvenir aux besoins de ma famille, j’ai vendu ma maison, mes champs et mes récoltes. En outre, j’ai dû revendre une trentaine de sacs d’engrais que j’avais acheté pour mes cultures. »

Mais tous ces sacrifices semblent être restés sans effets. Rhoda attend toujours son procès en prison. Et les enfants ne peuvent plus aller à l’école à cause du manque d’argent. Grâce à l’aide financière de CSI, Adamu a tout de même pu acheter de la nourriture pour sa famille et permettre à sa fille aînée de continuer à aller à l’école. « Elle était sur le point d’abandonner tout espoir », remarque-t-il.

Adamu est infiniment reconnaissant pour le soutien de CSI : « Vous m’avez sauvé la vie. » En même temps, il supplie la communauté internationale de tout faire pour que Rhoda soit acquittée.

Reto Baliarda

Lettre ouverte au secrétaire d’État américain Blinken

En collaboration avec d’autres organisations, CSI s’engage juridiquement et politiquement pour la libération de Rhoda Ya’u Jatau. Dans une lettre ouverte adressée au secrétaire d’État américain Anthony Blinken le 13 décembre 2022, les auteurs lui demandent de s’engager pour la libération de Rhoda. « Nous vous demandons instamment d’intervenir au plus haut niveau auprès des autorités nigérianes afin de garantir la libération de Rhoda. » M. Blinken doit en outre faire comprendre aux autorités nigérianes les conséquences néfastes des lois sur le blasphème au Nigéria.

Commentaires

Nous serions heureux que vous nous fassiez part de vos commentaires et de vos ajouts. Tout commentaire hors sujet, abusif ou irrespectueux sera supprimé.

Votre commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.