Une chrétienne nigériane accusée de blasphème est traumatisée en prison

« Nous craignons qu’ils n’essaient de la tuer », déclare le pasteur Ishaku Dano dans l’État fédéré de Bauchi, au Nigéria, où Rhoda Ya’u Jatau, infirmière chrétienne, est emprisonnée depuis mai 2022 pour avoir prétendument blasphémé contre le prophète Mahomet.

Rhoda Jatau. csi

Rhoda Jatau. csi

 

« Lorsque je l’ai vue au tribunal, elle avait l’air traumatisée et meurtrie. Elle réussit à sourire, apparemment pour éviter que sa famille ne s’inquiète, mais on pouvait lire dans ses yeux qu’elle se mourait lentement », a déclaré M. Dano, responsable de l’Evangelical Church Winning All (ECWA) dans la ville de Katanga, où Rhoda Jatau et sa famille pratiquaient leur culte.

Au 16 février 2023, cette femme de 45 ans avait passé 272 jours en prison dans l’État fédéré majoritairement musulman de Bauchi, dans le nord-est du Nigéria. Elle a été arrêtée le 20 mai 2022 et est depuis lors enfermée au Medium Correctional Centre dans le chef-lieu de l’État fédéré.

Mère de cinq enfants, elle est accusée de blasphème et d’incitation à la haine. En vertu de la charia en vigueur dans le nord du Nigéria, les personnes reconnues coupables de blasphème sont passibles de la peine capitale. Au moins deux personnes, dont un dirigeant d’une secte musulmane minoritaire, ont été condamnées à mort en vertu de ces mêmes lois au cours des derniers mois.

Le 6 février 2023, le teint pâle, Rhoda Jatau a été présentée devant la Haute Cour de Bauchi numéro 12 pour la suite de son procès, qui avait débuté en décembre 2022, a indiqué M. Dano. La juge Nana Fatima Ibrahim a entendu le deuxième des quatre témoins cités par l’accusation avant d’ajourner l’audience au 14 février 2023. Lors de cette audience, un troisième témoin, un policier qui avait interrogé Mme Jatau, a témoigné contre elle. L’audience a ensuite été ajournée une nouvelle fois, jusqu’au 6 mars 2023.

La caution est refusée

Le premier témoin à déposer l’a fait lors de l’audience du 16 janvier 2023. Comme lors des audiences précédentes, le juge Ibrahim a rejeté une demande de mise en liberté sous caution, invoquant le risque de troubles à l’ordre public.

Des centaines de jeunes musulmans avaient manifesté à Warji, la ville natale de Mme Jatau, le 20 mai 2022, après que ses collègues de travail eurent signalé qu’une vidéo qu’elle avait transmise à un groupe WhatsApp était blasphématoire. Cette vidéo, réalisée par un musulman ghanéen, semblait condamner le lynchage par la foule de Deborah Emmanuel Yakubu, une étudiante chrétienne de Sokoto, le 12 mai 2022.

La foule déchaînée a blessé au moins quinze chrétiens et détruit plusieurs propriétés appartenant à des chrétiens, tout en réclamant la mort de Mme Jatau.

Après que les avocats de la défense ont fait appel de son refus d’accorder une libération sous caution à Rhoda Jatau, le juge Ibrahim a ouvert le procès le 16 décembre 2022, faisant échouer d’autres tentatives de libération.

Une vie en danger

Mais contrairement aux affirmations du juge selon lesquelles son maintien en prison garantirait la sécurité de Mme Jatau, M. Dano craint qu’elle n’y soit encore plus en danger.

« Nous avons entendu dire que certains musulmans tenaient des réunions secrètes avec des représentants du gouvernement pour faire pression en faveur d’une condamnation à mort. Ils affirment que puisqu’un religieux musulman de l’État fédéré de Kano a été condamné à mort pour avoir commis le même délit, elle aussi doit mourir », a déclaré M. Dano.

M. Dano a évoqué le cas du cheikh Abduljabbar Nasiru Kabara, un religieux musulman chiite, qui a été condamné à mort par pendaison le 14 décembre 2022 par un tribunal supérieur de la charia à Kano pour ses prêches révisionnistes présumés. M. Kabara a été déclaré coupable de blasphème après avoir été détenu depuis juillet 2021.

Cette décision rare à l’encontre d’un chef religieux musulman fait suite à une persécution prolongée de la secte chiite par les autorités musulmanes majoritairement sunnites du nord du Nigéria.

La condamnation de M. Kabara a été largement célébrée par les musulmans non chiites dans tout le pays. Mais à Bauchi, elle est considérée comme un motif d’exécution de Rhoda Jatau, qui a consacré sa vie à fournir des soins médicaux à la population majoritairement musulmane de Bauchi.

Une foule en colère entoure le tribunal

Quelques heures avant l’ouverture du procès de Mme Jatau, le 16 décembre 2022, une foule de jeunes musulmans s’est rassemblée devant le tribunal de grande instance, a déclaré M. Dano.

Cela s’est passé quelques jours après que des rumeurs d’une attaque planifiée par la foule aient circulé parmi les résidents. Selon des sources à Bauchi, des jeunes musulmans avaient prévu de soustraire Mme Jatau à l’attention des gardiens de prison et de la lapider à mort alors qu’elle était amenée au tribunal.

Grâce à l’intervention rapide de Christian Solidarity International (CSI), la police et l’armée ont sécurisé les locaux du tribunal pour empêcher toute violence quelques heures avant l’arrivée de la prisonnière. Mais l’expérience a laissé les chrétiens minoritaires de Bauchi terrifiés pour Mme Jatau.

« Vous savez que ces gens trouveront toujours une raison de mettre leurs intentions à exécution et la condamnation de M. Kabara les renforce dans cette voie », a déclaré M. Dano qui a noté qu’il avait personnellement plaidé auprès du gouverneur de l’État fédéré de Bauchi, Bala Mohammed, pour qu’il envisage de libérer Mme Jatau, mais qu’il avait été ignoré.

« Nous prions ardemment pour qu’un lynchage ne se produise pas, mais tout peut arriver », a-t-il ajouté.

Reconnaissance pour le soutien

CSI a soutenu la famille de Mme Jatau, qui vit dans la clandestinité, notamment en lui apportant une aide alimentaire. Ya’u Adamu, le mari de Rhoda Jatau, en larmes, a déclaré que ce soutien avait renforcé sa foi.

« Je ne cesserai jamais de suivre Jésus. C’est grâce à l’amour du Christ que cette organisation m’a soutenu. Je reste ferme dans ma foi », a-t-il déclaré.

M. Adamu a lancé un appel aux défenseurs des droits religieux du monde entier pour qu’ils interviennent et aident à libérer sa femme.

Masara Kim

Commentaires

Nous serions heureux que vous nous fassiez part de vos commentaires et de vos ajouts. Tout commentaire hors sujet, abusif ou irrespectueux sera supprimé.

Votre commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.