CSI demande la liberté pour dix personnes accusées de blasphème

Le 23 novembre 2022, le Dr John Eibner, président international de Christian Solidarity International (CSI), a demandé au nouveau ministre pakistanais de la Justice, Sardar Ayaz Sadiq, d’abandonner les accusations de blasphème portées contre dix citoyens pakistanais.

Une foule en colère demande une punition pour un prétendu blasphème. pixaby

Une foule en colère demande une punition pour un prétendu blasphème. Photo : Pixaby

 

Dans sa lettre au ministre pakistanais de la Justice, Sardar Ayaz Sadiq, le président de CSI John Eibner a qualifié d’insuffisantes les procédures engagées contre dix citoyens pakistanais accusés de blasphème : « Les preuves crédibles font défaut et les procédures contiennent d’autres irrégularités. » M. Eibner a critiqué la pratique courante au Pakistan selon laquelle les policiers et autres plaignants peuvent déposer des plaintes pénales pour blasphème contre des personnes innocentes. « Et ce, uniquement dans le but de se venger ou d’obtenir d’autres formes de satisfaction personnelle indigne », a déclaré John Eibner.

Une loi perfide

Il s’agit des sections 295 B et C du code pénal pakistanais, selon lesquelles la profanation d’une partie du Coran est punie par l’emprisonnement à vie. Le fait de dénigrer le prophète islamique Mahomet est passible de la peine de mort. Le président de CSI écrit en outre que la menace que les lois pakistanaises sur le blasphème font peser sur les droits de l’homme va au-delà des peines imposées par le système juridique : « Des personnes sont menacées et tuées de manière extrajudiciaire. Les meurtriers se sentent justifiés par les lois sur le blasphème et ne sont pas punissables. »

81 personnes tuées sans procès

Selon le Center for Research and Security Studies, 1 415 personnes ont été accusées de blasphème au Pakistan entre 1947 et 2021 et 81 d’entre elles ont été tuées de manière extrajudiciaire. Bien que le Pakistan n’ait jamais exécuté formellement une personne pour blasphème, de nombreuses personnes sont emprisonnées pendant de longues années pour blasphème. C’est le cas d’Asia Bibi, une chrétienne qui a passé près de dix ans derrière les barreaux. Parmi les personnes officiellement accusées de blasphème figurent également des enfants et des handicapés mentaux.

Liberté pour dix victimes de blasphème

Parmi les dix citoyens pakistanais actuellement accusés de blasphème, on trouve aussi bien des chrétiens que des musulmans. John Eibner en dresse la liste dans sa lettre au ministre pakistanais de la Justice :

  • Salamat Mansha Masih
  • Sarfraz Ahmad
  • Stephen Masih
  • Tayyab
  • Haider Ali
  • Muhammad Shahid
  • Shagufta Kiran
  • Raja Aziz Waris Masih
  • Sunny Waqas
  • Noman Masih

CSI demande leur libération et soutient les victimes des lois pakistanaises sur le blasphème et leurs familles en leur apportant une aide juridique et financière.

Joel Veldkamp

Commentaires

Nous serions heureux que vous nous fassiez part de vos commentaires et de vos ajouts. Tout commentaire hors sujet, abusif ou irrespectueux sera supprimé.

Votre commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.

Autres actualités – Pakistan