Le président de la Confédération répond à la lettre de CSI sur l’attaque contre l’Arménie

Après la récente attaque de l’Azerbaïdjan et de la Turquie contre l’Arménie, une des plus anciennes nations chrétiennes du monde, CSI a écrit au président de la Confédération suisse Ignazio Cassis pour l’exhorter à agir. Sa réponse montre clairement que les Arméniens ne peuvent pas compter sur l’aide de la Suisse.

Le président de la Confédération suisse Ignazio Cassis est resté vague dans sa déclaration. admin

Le président de la Confédération suisse Ignazio Cassis est resté vague dans sa déclaration. admin

 

« La Suisse continue d’appeler les deux parties à respecter le droit international. » C’est par ces mots que le président de la Confédération suisse Ignazio Cassis répond à l’attaque unilatérale de l’Azerbaïdjan contre la République d’Arménie.

Les 13 et 14 septembre 2022, l’armée de l’État totalitaire d’Azerbaïdjan riche en pétrole a bombardé pendant quarante-huit heures de nombreuses localités arméniennes. Sept mille Arméniens ont fui leurs maisons et des centaines de soldats arméniens ont été tués, y compris des prisonniers de guerre exécutés de sang-froid par leurs ravisseurs azerbaïdjanais.

Cette attaque constitue la dernière phase d’un génocide contre le peuple arménien, un des plus anciens peuples chrétiens du monde. Entre 1915 et 1918, plus d’un million de chrétiens arméniens ont déjà été assassinés par l’Empire ottoman. En 2020, l’Azerbaïdjan et la Turquie ont lancé une offensive contre la région arménienne du Haut-Karabakh, tuant des milliers de personnes (l’Azerbaïdjan est un pays turco-musulman). Cette tendance s’est poursuivie avec l’attaque de septembre 2022.

Après l’assaut du 13 septembre 2022, CSI a écrit au président suisse Ignazio Cassis pour lui demander :

  • de condamner clairement l’agression de l’Azerbaïdjan ;
  • d’exiger, par une initiative internationale, la suspension de tout soutien militaire à l’Azerbaïdjan ;
  • de s’engager pour la reconnaissance de l’indépendance du Haut-Karabakh.

Dans sa lettre, M. Cassis n’a répondu à aucune de ces demandes. Il n’y indique même pas qui est l’agresseur dans ce conflit, et encore moins qu’il condamnerait l’agression.

Le directeur de CSI-Suisse, Simon Brechbühl, n’est pas surpris : « Alors que l’UE et la Suisse mettent un terme à leur dépendance énergétique à la Russie, elles dépendent de plus en plus du pétrole de l’Azerbaïdjan. Cette dépendance est visible en Suisse quand on considère les nombreuses stations-service qui appartiennent à Socar, la compagnie pétrolière nationale azerbaïdjanaise, qui a un partenariat avec Migrolino. »

Selon Simon Brechbühl, Ignazio Cassis et d’autres représentants du gouvernement suisse « parlent souvent ces derniers temps de neutralité coopérative. Des réponses comme celles-ci montrent clairement avec qui la Suisse veut coopérer : non pas avec les chrétiens persécutés, mais avec des puissances comme l’OTAN, dont fait partie la Turquie. »

Le directeur de CSI-Suisse souligne que CSI continuera à fournir une aide humanitaire aux Arméniens victimes de la guerre et s’engagera au niveau international pour la protection du peuple arménien contre le génocide : « La solidarité chrétienne exige que nous ne restions pas les bras croisés pendant qu’une des parties les plus anciennes du corps du Christ est attaquée. »

Joel Veldkamp

Commentaires

Nous serions heureux que vous nous fassiez part de vos commentaires et de vos ajouts. Tout commentaire hors sujet, abusif ou irrespectueux sera supprimé.

Votre commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.

Autres actualités – Suisse