05 février 2024

Souria est reconnaissante

Souria est une femme âgée qui n’arrive plus à s’en sortir seule. Sœur Fadia, une partenaire syrienne de CSI, lui rend régulièrement visite. Aujourd’hui, la chrétienne de la province de Homs reprend espoir.

Souria, une Syrienne de 75 ans, est reconnaissante du soutien qu’elle reçoit de la part de sœur Fadia. csi

Souria, une Syrienne de 75 ans, est reconnaissante du soutien qu’elle reçoit de la part de sœur Fadia. csi 

 

« Ma vie a été marquée par la souffrance et ce n’est pas fini », c’est ainsi que commence notre entretien avec Souria, une chrétienne âgée de 75 ans qui vit dans la « vallée des chrétiens », une région du gouvernorat de Homs, en Syrie. Grâce à l’aide de Dieu et à l’engagement des partenaires de CSI, la vie de Souria est aujourd’hui ponctuée de lueurs d’espoir.

Livrée à elle-même

Dans sa jeunesse, Souria s’est mariée et a donné naissance à dix enfants. Aujourd’hui, elle est veuve et n’a pratiquement plus de contact avec ses enfants. En raison de la guerre, huit d’entre eux ont quitté la Syrie avec leur famille et depuis, Souria n’a plus de nouvelles d’eux.

Il est vrai que deux de ses filles sont restées en Syrie, mais elles vivent dans d’autres régions et ne rendent que rarement visite à leur mère. Récemment, Souria s’est cassé la hanche en tombant… et c’est elle qui a rendu visite à l’une de ses filles !

La partenaire CSI est comme sa propre fille

Souria est réaliste : « Je ne peux compter que sur Dieu et sur sœur Fadia. » Cette partenaire syrienne de CSI, veille à ce que Souria reçoive quatre repas par semaine et des médicaments chaque mois.

Dans la « vallée des chrétiens », située entre Homs et Tartous, sœur Fadia et sa petite équipe sont responsables de l’encadrement de 180 personnes âgées qui appartiennent à différentes Églises. C’est surtout en hiver qu’elles ont besoin d’aide. Souria n’a pas les moyens d’acheter un chauffage et se tient emmitouflée sous plusieurs couvertures. « Sœur Fadia est comme ma propre fille, car elle s’occupe de moi de manière désintéressée, même dans les moments difficiles », constate Souria avec reconnaissance.

Dieu, un sauveur fidèle dans la détresse

Souria a déjà dû traverser de nombreuses épreuves et encore aujourd’hui, les difficultés ne manquent pas. En raison d’un problème de jambe, elle ne peut marcher que difficilement. Malgré cela, elle exprime sa profonde gratitude envers Dieu.

Souria serait prête à tout donner pour l’amour et le soutien qu’elle reçoit de notre partenaire locale. Pour illustrer cela, elle emploie l’expression syrienne « J’offrirais mes yeux ».

L’histoire de Souria n’en est qu’une parmi tant d’autres. Mais elle illustre bien à quel point le travail de CSI et des bénévoles peut être important. Souria en est convaincue : « Dieu ne laisse personne seul. »

Zeina Shaheen | Selina Messmer 

Commentaires

Nous serions heureux que vous nous fassiez part de vos commentaires et de vos ajouts. Tout commentaire hors sujet, abusif ou irrespectueux sera supprimé.


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

Votre commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.